La restauration de la Grande Cascade

Le Centre des monuments nationaux engage un important chantier de restauration de la Grande Cascade du domaine national de Saint-Cloud

14 juin 2023

Grande cascade du domaine national de Saint-Cloud

Le projet

Le Centre des monuments nationaux entreprend un ambitieux chantier de restauration et de valorisation de la Grande Cascade du domaine national de Saint-Cloud, afin d'assurer sa conservation et permettre une mise en marche régulière, pour un montant total de 12 millions d'euros.

Les travaux commencent en juin 2023 et se dérouleront en quatre phases d'un an chacune. 

Afin de préserver la ressource en eau, un système en circuit fermé sera installé à cette occasion. 

La Grande Cascade, chef-d'œuvre de l'hydraulique

Dauphins, grenouilles et tritons - Détail de la Grande Cascade du domaine national de Saint-Cloud

Caroline Rose

 

Le château ayant été détruit en 1892 suite à son incendie en 1870, la Grande Cascade est aujourd'hui la pièce maîtresse du domaine. Elle offre un spectacle d'eau et de sculptures unique dans le séquençage paysager offert par les rives du fleuve. 

Elle est en effet située dans l'axe transversal du parc, ouvert sur la Seine vers l'est. Implanté à flanc de coteau, son savant étagement fut composé entre 1660 et 1665 par Antoine Le Pautre, premier architecte du duc d'Orléans, frère de Louis XIV, puis complété par Jules Hardouin-Mansart en 1697-1699, avec la création de la cascade basse. 
Cet ensemble monumental se développe sur près de 200 mètres de long, pour 20 mètres de dénivelé, et accompagne la topographie naturelle du terrain. Son fonctionnement hydraulique magistral est approvisionné par un complexe réseau d'aqueducs provenant de réservoirs aménagés en amont sur la commune de Ville-d'Avray. La Grande Cascade constitue ainsi l'aboutissement aval de la grande « chaîne hydraulique» du parc de Saint-Cloud, assurant, selon un mode gravitaire, le fonctionnement intermédiaire d'une série de 19 bassins. 
Cet ensemble est tout à fait unique dans les jardins classiques de la fin du XVIIe siècle, tant par l'ampleur de son échelle, la richesse et la multiplicité de ses effets d'eau, que par la monumentalité et la force de sa présence dans la composition du jardin. Sa mise en eau crée un véritable « déluge de cristal », qui, depuis la fin du XVIIe siècle, suscite l'admiration unanime de tous les visiteurs. 

En savoir plus sur la Grande Cascade.

 

Le chantier de restauration

Ayant été conçue à l'origine comme une architecture dédiée aux plaisirs de la fête, la Grande Cascade ne bénéficie pas de fondations solides et la pression hydrostatique sur les remblais a fragilisé l'ensemble de l'ouvrage vieux de 350 ans. Ainsi la Grande Cascade a fait l'objet très tôt de lourdes campagnes de restauration. Des travaux de restauration et d'entretien ont été régulièrement conduits au cours des trois derniers siècles, dont la plus récente campagne d'importance remonte aux premières décennies du XXe siècle et a notamment porté sur le décor sculpté, avec un programme de restauration et de restitution du décor statuaire.

Néanmoins, la Grande Cascade présente toujours aujourd'hui des signes de dégradation, en particulier des désordres récurrents liés à sa stabilité et aux problèmes d'infiltration, mais aussi de multiples altérations de ses différents matériaux. Son environnement proche a subi au fil des siècles des modifications parfois incohérentes et néfastes pour sa stabilité. Ainsi, d'importants travaux étaient devenus nécessaires afin d'assurer la conservation de la Grande Cascade et de perpétuer le spectacle de ses jeux d'eau et la délectation qu'il procure aux visiteurs. 

 

Grande cascade du domaine national de Saint-Cloud
La Grande Cascade du domaine national de Saint-Cloud

Séverine Drigeard

 

Les éléments décoratifs en pierre présentent, pour leur part, un état de présentation et de conservation peu satisfaisant, au regard de la qualité décorative de cet ensemble hydraulique unique ; les grands masques décoratifs en plomb, copies des ouvrages originaux, appellent quant à eux des vérifications de fixation et de calage à niveau. 
Sur la base d'un diagnostic général intégrant les thèmes de la fontainerie et de l'environnement végétal, le CMN engage donc une restauration d'ampleur avec une reprise des fondations pour en assurer la pérennité. Différentes interventions de réparation, remplacement ou compléments d'ouvrages hydraulique divers (canalisations primaires, conduites secondaires, vannes, ajutages, etc.) ainsi que diverses réfections ou reprises d'étanchéité sont prévues. 

Les travaux comprendront la reprise de la maçonnerie, ainsi que la restauration des sculptures, des parements, des bassins et des ouvrages métalliques. 

La remise en marche du système de fontainerie est également prévue, avec la création d'un circuit fermé d'eau permettant la préservation des ressources en eau. Un système de pompage récupérera les eaux depuis le bassin bas pour les renvoyer vers le sommet de la cascade. Ce dispositif permettra d'économiser la ressource en eau tout en augmentant la fréquence des jeux d'eaux, favorisant ainsi la bonne conservation des ouvrages hydraulique en s'assurant de leur fonctionnement. La mise en valeur de la Grande Cascade dans son contexte paysager sera également assurée par un travail complet sur l'environnement végétal et la restauration des abords paysagers. Le grand bassin, directement associé à la cascade et qui en forme l'aval immédiat, nécessite également certaines interventions de restauration et de mise en valeur, intégrant le traitement de son écrin végétal et de ses circulations périphériques, dans la mesure où il représente un élément majeur, indissociable de l'ensemble de la composition hydraulique. 
L'état de référence sera celui de la fin du XIXe siècle, qui est bien documenté et cohérent. 
La mise en place d'une médiation et notamment d'ateliers pédagogiques autour de la restauration et des métiers du patrimoine permettra aux différents publics de mieux comprendre les travaux en cours et leurs enjeux. 
Les travaux sont prévus en quatre phases en commençant par les parties hautes de la Cascade. 

Le calendrier des travaux est conditionné par l'apport de financements extérieurs.